Des nouvelles de la Table de discussion

Un changement de cap inacceptable et inapplicable?!

Une situation de dernière minute, aussi inacceptable qu’inapplicable, est sur le point de faire chambouler un très long processus de discussion qui arrivait enfin à terme. 

Après de longues discussions qui se sont étirées sur presque 18 mois, alors que nous étions à la toute veille d’un règlement final concernant les mandats sur certaines conditions de travail et de rémunération globale du personnel d’encadrement des services de garde éducatifs à l’enfance, nous apprenons que le ministère de la Famille exige des conditions nouvelles sur lesquelles notre association n’a absolument aucun pouvoir.

Le ministère sait pertinemment que ses nouvelles contraintes exigent des gestes que l’association n’est même pas en droit de poser. Malheureusement, la nature confidentielle de nos discussions nous empêche de donner davantage de détail. Il parait donc évident que ce changement de cap cherche simplement à retarder à nouveau nos discussions.

Ce qui est d’autant plus choquant, c’est que nos demandes (inscrites dans une Entente de principe soumise le 3 février) avaient été reçues positivement par nos employeurs, lesquels les avaient par la suite présentées et défendues auprès du ministère de la Famille.

Aujourd’hui, cette nouvelle tuile exige littéralement l’impossible de notre part. Pour nous, il est clair que l’association des cadres, qui représente l’ensemble du personnel d’encadrement des CPE, ne posera aucun geste qu’elle n’a pas le droit de poser, pas plus qu’elle ne sera redevable d’informations qu’elle ne détient pas.

En plus de ce très mauvais signal du gouvernement, rappelons qu’à ce jour, seuls les cadres des CPE n’ont pu participer à un exercice de relativité salariale, contrairement à tous les autres secteurs (fonctions publiques, parapubliques, employées des CPE et autres) qui bénéficient aujourd’hui des résultats obtenus.

Une rencontre d’urgence est nécessaire

Une rencontre d’urgence s’impose avec l’ensemble des acteurs qui siègent à la table de discussion. Le conseil d’administration de l’association est vraiment en colère de ce revirement injustifié et compte prendre des actions importantes en lien avec cette absurdité très prochainement.

Malgré cette situation inacceptable, l’association des cadres demeure confiante que les employeurs déploient les efforts nécessaires afin de dénouer cette impasse.

Nous vous tiendrons informés rapidement de la suite des événements.

 

Le conseil d’administration

Cliquez ici pour télécharger le fichier